07 décembre 2010

Le compagnon de voyage, de Curzio Malaparte (1946 - 1956)

 4ème de couverture Le lieutenant tombe à son tour. “Si je meurs, ne me laisse pas ici”, murmure l’officier à son ordonnance, le chasseur alpin Calusia. C’est un Bergamasque puissant, au visage innocent et bon, qui balbutie en dialecte quand il est ému, et rougit. “Ne me laisse pas ici, Calusia, ramène-moi chez moi, à Naples. Chez ma mère. Palazzo Pignatelli, Monte di Dio, Naples...” 1943, Calabre, Italie. Après le renversement de Mussolini et la signature de l’armistice, l’ordonnance Calusia promet à son lieutenant de le... [Lire la suite]