la_mecque_phuket4ème de couverture

"Qu'il est vertueux d'offrir un voyage à La Mecque à ses parents ! Qu'il est bon de se sacrifier pour sa famille ! Et que la vie est simple quand on sait être docile ! Naviguant entre bêtise théorique et intelligence pratique, Fairouz mène un combat obstiné avec elle-même pour s'affranchir de l'estampille natale, de celles qui nous poursuivent comme un boulet en soirée et qui se révèlent plus nocives qu'une belle-mère mécontente si on ne les maîtrise pas. Fairouz tacle ses réflexes de fille bien pour n'être qu'une fille. Elle va s'attacher, nerveusement mais habilement, à se réapproprier sa vie, entre ce qu'on lui a transmis et ce qui se profile à l'horizon. L'horizon, c'est La Mecque... mais, après tout, pourquoi pas Phuket ?"

Mes impressions

Une lecture qui décape !

Dans un style simple, assez cru et très "parlé", Saphia Azzeddine flingue à tout va. A travers la voix de Fairouz la révoltée, tous en prennent pour leur grade : depuis les petits magouilleurs de banlieue qui gaspillent leur potentiel à ne rien faire et à jouer les victimes, jusqu'aux Ni putes ni soumises, en passant par les "bonnes âmes" garantes de l'ordre moral et de ce qui se fait et ce qui ne se fait pas.

Le propos est incisif, souvent très drôle et plein de justesse !

Au final, un beau portrait de jeune femme révoltée et grande gueule, qui tente de concilier ses racines et sa soif de liberté.