4ème de couverture

"Avec Le Retour du Roi s'achèvent dans un fracas d'apocalypse les derniers combats de la guerre de l'Anneau. Tandis que le continent se couvre de ténèbres, annonçant pour le peuple des Hobbits l'aube d'une ère nouvelle, Frodon poursuit son entreprise. Alors qu'il n'a pu franchir la Porte Noire, il se demande comment atteindre le Mont du Destin. Peut-être est-il trop tard : le Seigneur des Ténèbres mobilise ses troupes. Les Rohirrim n'ont plus le temps d'en finir avec le traître assiégé dans l'imprenable tour d'Orthanc; ils doivent se rassembler pour faire face à l'ennemi. Tentant une fois de plus sa chance, Frodon passe par le Haut Col, où il sera livré à l'abominable Arachné. Survivra-t-il à son dangereux périple à travers le Pays Noir ?"

le_retour_du_roiEditions Pocket (novembre 2003)
570 pages
Traduction de l'anglais par F. Ledoux

 

Mes impressions

Et voilà, ça y est, avec ce tome se terminent le combat entre Sauron et les peuples libres de la Terre du milieu, et la quête désespérée du vaillant Frodon et de son fidèle compagnon Sam Gamegie. J'aurais voulu écrire que j'ai été aussi enthousiasmée par ce dernier tome que je l'ai été par Les deux tours, qui avait été un ENORME coup de coeur. Malheureusement, mon avis est plus mitigé.

Ce tome suit globalement la même trame narrative que le tome 2 : d'un côté, les membres de la communauté mènent un combat farouche contre les forces du seigneur ténébreux, de l'autre Sam et Frodon tentent de mener à bien la lourde tache qui leur a été confiée.  Et autant la première partie a été un véritable enchantement, autant l'avancée de Sam et Frodon jusqu'à la montagne du destin m'a beaucoup moins plu.

Je m'explique : le livre V est porté par une telle force narrative, une telle tension, tant de rebondissements et permet à tant de personnages de révéler leur courage et leur grandeur, que la seconde partie m'a parue bien terne. J'ai aimé l'évolution de certains personnages : Merry et Pippin gagnent en maturité et trouvent enfin l'occasion de montrer leur valeur, Aragorn se révèle être non seulement un meneur d'homme et un chef de guerre, mais également un roi juste et bon. Et Eowyn, que dire d'elle, si ce n'est : wahou, quelle merveilleuse héroïne ! Il y a peu de figures féminines dans le seigneur des anneaux mais, à elle seule, elle rattrape les faiblesses de toutes les autres (parce que, franchement, j'admets que Galadriel fait avancer l'intrigue, mais je n'ai toujours pas compris l'intérêt d'Arwen dans cette histoire, à part tisser et broder un étendard pendant près de 30 ans!!). Et surtout, certains passages, notamment la charge héroïque des Rohirrim lors de la bataille des champs du Pelennor, m'ont carrément donnés la chair de poule (sans exagération !).

"Derrière Théoden, son étendard flottait au vent: un cheval blanc sur champ vert; mais il le distanciait. Derrière lui, les cavaliers de sa maison galopaient dans un bruit de tonnerre, mais il était toujours en avant. Eomer chevauchait là, la queue de cheval de son casque flottant avec la vitesse, et le front de la première eored mugissait comme les flots déferlant sur la grève; mais Théoden ne pouvait être gagné de vitesse. Il paraissait être emporté par la folie, ou la fureur de bataille de ses pères courait comme un nouveau feu dans ses veines [...] Son bouclier d'or, découvert, brillait telle une image du soleil, et l'herbe flamboyait de vert autour des pieds blancs de son coursier. Car le matin se levait, le matin et un vent venu de la mer; les ténèbres se dispersèrent; les hommes de Mordor gémirent et la terreur s'empara d'eux; ils s'enfuirent et moururent, et les sabots de la colère passèrent sur eux. Alors, toute l'armée de Rohan éclata en chants; les hommes chantaient tout en massacrant, car la joie de la bataille était en eux, et le son de leur chant, qui était beau et terrible, parvint jusqu'à la Cité."

En revanche, j'ai trouvé les 4 premiers chapitres du livre VI longs, lents et répétitifs. Je comprends bien que cette lenteur est destinée à souligner les épreuves traversées par les deux hobbits, mais malgré tout, je les ai trouvés très pesants et limite ennuyeux .

Heureusement, les retrouvailles finales entre les membres de la communauté m'ont réconciliée avec ce roman ! Une conclusion cohérente avec l'ensemble des 3 tomes est apportée à chaque personnage, même mineur. Et après des pages et des pages de violence et de combat, une belle histoire d'amour finit même par naître (et là encore, je ne fais pas référence à Arwen).

 

Mon avis partiellement mitigé sur ce tome ne remet néanmoins pas en question mon appréciation générale sur la trilogie, dont la lecture a été un voyage dans un monde magique, un moment de bonheur (un comble pour quelqu'un qui n'apprécie pas vraiment la littérature fantastique). Je ne regrette pas du tout d'avoir englouti ce "monstre" de près de 1500 pages qui m'a tout autant plu que le film éponyme (mais pour des raisons différentes). Et qui m'a permis de constater que, bien que le film soit globalement fidèle à l'œuvre de Tolkien, il n'en inflige pas moins un "mauvais traitement" à certains protagonistes (notamment Faramir, qui me fait tomber en pâmoison sous la plume de Tolkien alors que je l'ai trouvé plutôt fadasse devant la caméra de Peter Jackson).

Je clos ainsi mon Middle Earth challenge, entamé avec Bilbo le Hobbit, La communauté de l'anneau et Les deux tours.

1252003768

 

Ce livre a été lu en commun avec Taliesin, Snow, Amethyst, mypianocanta et ptitelfe. Il fait aussi partie du challenge SFFF.


LogoChalengeSfff2