je_suis_une_l_gende
Résumé 4ème de couverture

Chaque jour, il doit organiser son existence solitaire dans une cité à l’abandon, vidée de ses habitants par une étrange épidémie. Un virus incurable qui contraint les hommes à se nourrir de sang et les oblige à fuir les rayons du soleil…

Chaque nuit, les vampires le traquent jusqu’aux portes de sa demeure, frêle refuge contre une horde aux visages familiers de ses anciens voisins ou de sa propre femme.

Chaque nuit est un cauchemar pour le dernier homme, l’ultime survivant d’une espèce désormais légendaire.

 

Mes impressions

Ayant vu et aimé le film éponyme (réalisé par Francis Lawrence en 2007, avec Will Smith), je craignais un peu d’être déçue par le roman. Et bien pas du tout, bien au contraire. Bien que le synopsis des deux œuvres soit identique, chacune d’entre elles a une tonalité, et une manière d’interpréter le titre, qui lui est propre.

Ce roman n'est pas qu'un roman de science fiction. C'est également une réflexion plus large sur le sens de la vie : comment trouver la force de (sur)vivre quand on a tout perdu et qu'on n'a plus aucun espoir ? comment supporter la solitude dans un monde post apocalyptique ? Comment ne pas sombrer dans la folie quand on est hanté par les souvenirs d'un passé douloureux ? Comment recommencer à faire confiance et conserver foi en l'humanité dans ces conditions ? Et surtout, qu'est ce que la normalité (est-ce la majorité qui définit la norme ou les individus isolés) ?

Ces thèmes sont abordés au fil des 4 parties qui composent le roman et l'intensité dramatique va crescendo. Les deux premières parties permettent surtout de cadrer le contexte : la vie routinière de Robert Neville, la traque des "vampires", son immense solitude, les phases maniaco dépressives qui le font osciller entre espoirs soudains et instants auto destructeurs. J’ai trouvé d’une grande justesse cette description d’un homme qui a tout perdu et qui vit, totalement seul en milieu hostile, hanté par les souvenirs de son passé.

Puis les choses s'accélèrent : Neville entreprend de déterminer les sources et les vecteurs de la contamination. Ses découvertes et certains flash-back permettent au lecteur de comprendre comme le monde a sombré dans le chaos et comment Neville, homme plutôt banal à la vie sans histoire, est devenu une "légende". Finalement, sa vie routinière est bouleversée par deux rencontres qui vont remettre en question ses plus intimes convictions.

Jusqu'au dénouement final, surprenant et absolument bouleversant.

Je ne dirais donc qu'une chose : merci Aïdoku de m'avoir offert ce roman, qui m'a profondément touchée et que j'ai vraiment aimé.

Pour voir l'avis des autres livraddictiens qui ont lu ce livre : Shanaa, Wilhelmina, Maxoo, Lou, Lebonsai, Mimipouss, Sollyne, Aïdoku et Léo Elfique.


Editions Folio SF (avril 2010)
230 pages
Nouvelle traduction de l’américain par Nathalie Serval